Dinard 2022 / “The Other Fellow” : le documentaire sur les James Bond inconnus

Le Dinard Festival du Film Britannique 2022 a diffusé le documentaire The Other Fellow de Matthew Bauer qui suit à travers le monde les divers parcours de personnes qui portent le nom de James Bond. 

Ian Fleming, l’écrivain créateur du célèbre agent 007, cherchait en 1956 un nom très usité pour son protagoniste. En Jamaïque, alors que l’auteur observe les oiseaux, il tombe sur le livre de l’ornithologue James Bond à qui il va voler son identité pour créer ce qui deviendra un phénomène de pop culture.  

A l’occasion du 60ème anniversaire de 007 à l’écran, Matthew Bauer part à la rencontre des personnes qui portent également le nom de James Bond.

Le nom de l’agent secret est l’incarnation du mâle alpha hyper sexualisé. Pas étonnant que le premier avantage mentionné dans le fait de porter ce nom est donc l’impact que cela a sur la gente féminine lors des moments de dragues. Un gros atout pour certain. Néanmoins, le nom peut également avoir bon nombre d’inconvénients comme pour le James Bond New Yorkais , gay et avec une petite bedaine, qui ne se retrouve pas forcément dans l’image du double zéro.

De même, pour un noir vivant dans les bas quartiers, son patronyme est source d’ennuis quand il se retrouve face à des policiers qui croient à une blague. Loin des courses poursuites des longs métrages de la saga pour fuir ses assaillants, il explique se retrouver rapidement condamné par un juge à 60 jours de prison pour outrage à la force publique.

The Other Fellow livre des parcours de vie poignants comme celui d’une mère et son enfant renommés « Bond » dans le cadre d’une mesure de protection pour éviter que le père de famille violent ne les retrouve. Ce nouveau « James Bond » porte en lui la vaillance de 007 en se jurant de protéger coûte que coûte sa mère de nouveaux malheurs.

Si certains témoins portent le nom du héros britannique avant l’explosion du personnage de fiction dernièrement incarné par Daniel Craig, d’autres assument totalement la filiation. On retrouve ainsi le fan absolu de 007 qui s’est construit autour de l’agent du MI6 courant le monde entier pour ramener des objets cultes des films qu’il entrepose dans un musée spécialement créé pour rendre hommage à son héros. Il y a également ceux dont le nom James Bond est utilisé dans la famille de générations en générations et que ça ne gène pas du tout d’être associé à ce qui est devenu une marque. Pour quelques témoins, ils savent en tirer un revenu sympathique quand il s’agit  de tourner dans une pub parodique pour un casino en ligne.

Le documentaire utilise les codes de l’espionnage dans sa mise en scène en effectuant des reconstitutions de certains parcours de vie pour pouvoir alterner efficacement avec les portraits faces caméras.

The Other Fellow est un moment divertissant qui rend hommage à la pop culture anglaise, tout en suivant des parcours de vie atypiques. On était en effet loin de se douter de l’impact qu’il pouvait y avoir à pouvoir clamer fièrement : « Je m’appelle Bond…James Bond ».

Antoine Corte
Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)