dans la famille Addams, le retour de la fille

Mercredi Addams (Jenna Ortega) et La Chose dans la série « Mercredi », créée par Alfred Gough et Miles Millar.

NETFLIX – À LA DEMANDE – SÉRIE

Il faut avouer que la bande-annonce de Mercredi augurait du pire, et que rarement le nom de Tim Burton, discret depuis le calamiteux Dumbo, n’avait aussi peu fait rêver. Surtout qu’il s’agit là d’un spin-off d’une série « culte » – entendre ici : usée jusqu’à la corde –, produit par Netflix, la plate-forme de streaming la plus puissante au monde, taillé pour plaire aux ados (on y retrouve dans le rôle-titre Jenna Ortega, la jeune actrice de You) et pourquoi pas leurs parents (ceux qui ont vu La Famille Addams, le film de Barry Sonnenfeld, sorti en 1991, voire ont connu le feuilleton télévisé en noir et blanc, diffusé dans les années 1960 aux Etats-Unis).

Mais une série taillée pour les algorithmes n’est pas forcément mauvaise, et il y a une évidence à mettre le personnage de Mercredi Addams entre les mains du père d’Edward aux mains d’argent et de Sweeney Todd.

Le cinéaste, producteur exécutif de la série, n’a signé la réalisation que des quatre premiers épisodes (sur huit). C’est assez pour emmener la série bien plus loin que ce à quoi son bon de commande aurait pu la réduire, même si le passage de Burton aux réalisateurs suivants ne se fait pas sans couture.

L’enfant à la fois mignonne et flippante des comics de Charles Addams, devenue flippante tout court sous les traits de Christina Ricci, s’est transformée sur Netflix en ado sinistre et désagréable. Après une bêtise de trop, la jeune fille est envoyée par ses parents à l’académie Nevermore (« plus jamais »), où ils ont eux-mêmes étudié.

Visions prémonitoires

L’endroit ressemble étrangement à une célèbre école de sorciers anglaise avec son architecture néogothique et ses élèves catégorisés non pas en fonction de leur caractère, mais de la différence qui fait d’eux des « marginaux » (outcast) – sirène, loup-garou, gorgone… – dont les « normis » (équivalent des « moldus » chez J. K. Rowling) se méfient. En cela, les ados de Nevermore sont assez proches des autres : mal aimables, empotés et pas forcément bien dans leur peau.

Lorsque Mercredi croit assister à la mort d’un élève aux mains d’un monstre terrifiant, disparition que la directrice de Nevermore (Gwendoline Christie) va tout faire pour dissimuler, elle décide de mettre à profit les visions prémonitoires qui la foudroient régulièrement et de s’assurer la complicité de La Chose, que ses parents ont envoyée à Nevermore pour la surveiller, afin d’élucider l’affaire. Celle-ci trouve sa source dans le passé de la famille Addams, de Nevermore et de la ville elle-même, une bourgade de Nouvelle-Angleterre située en pays pèlerin, astuce de scénariste pour mettre en miroir l’intolérance de deux époques que plusieurs siècles séparent, et pour nourrir un sous-texte sur la normalité et la différence.

Il vous reste 22.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

x