Coupe du monde 2021 – La Fédération Internationale doit reprendre le contrôle du rugby à XIII – Rugby à XIII

Alors que la Coupe du monde vient de se terminer, la Fédération Internationale semble dépassée par ses membres : par la NRL pour le rugby à XIII et par la RFL pour le XIII Fauteuil.

La Fédération Internationale, peu importe le sport, est la garante des règles du jeu, mais aussi du bon déroulé des compétitions. Elle doit mettre un cadre global pour le sport et aussi pour les compétitions qu’elle organise. Aujourd’hui, elle ne semble pas dans l’action, mais plutôt dans le mimétisme quand des fédérations puissantes passent à l’action.

La NRL fait sa loi, l’IRL fait le mouton

Depuis plusieurs années, ce n’est plus la Fédération Internationale qui gère les règles du sport, mais la NRL et l’ARLC. L’organisation internationale reprend toutes les nouveautés ou presque mises en place par le championnat des antipodes sans forcément réfléchir au fait qu’elle soit adaptée ou non au rugby international. À la Coupe du monde, toutes les règles NRL, sauf le drop à deux points, ont été appliquées alors que la Super League applique aussi la plupart des règles ajoutées/modifiées. Le problème dans cette démarche est que la Fédération Internationale n’a plus le contrôle et que ce qui est bien pour le XIII en Australie, pays où il est ultra professionnalisé, n’est pas forcément bon pour des pays en développement.

L’exemple du Six Again

La mise en place du Six Again en NRL voudrait rendre le rugby à XIII encore plus spectaculaire et avec moins d’arrêts de jeu. On peut déjà se poser la question de sa pertinence en NRL, car si les matchs sont encore plus intenses, sont-ils plus spectaculaires qu’avant ? Il y a débat dans ce cas mais le problème de cette règle est que les forts sont encore plus forts et les faibles encore plus faibles. On l’a vu à la Coupe du monde avec beaucoup de scores fleuves par exemple. Avant d’envisager de réduire le nombre d’équipes pour les futures Coupes du monde, avoir des règles du jeu adaptées serait déjà une bonne chose. Pour des joueurs semi-professionnels et pour des pays en développement, le Six Again ne rend pas les matchs plus spectaculaires, mais au contraire plus brouillons.

Le Six Again a encore creusé l’écart entre les nations fortes et celles qui émergent alors que le but était de tenter de le réduire. La Fédération Internationale aurait dû analyser les effets de cette règle pour ensuite voir la pertinence de son application.

XIII Fauteuil : qui fait les règles ?

La finale de la Coupe du monde de XIII fauteuil a accouché d’une cacophonie arbitrale sans précédent. Après avoir écouté les différents acteurs après la partie, on comprend que cela découle du fait que les arbitres français et britanniques n’appliquent pas les mêmes règles. Comment est-ce possible que lors du match le plus important pour ce sport, une finale de Coupe du monde, les officiels ne mettent pas en application les mêmes règles. Il semblerait que la RFL, deuxième fédération la plus forte après l’Australienne, pousse pour un rugby à XIII fauteuil plus spectaculaire alors que la FFR XIII a une position plus conservatrice.

Cet entre-deux n’est pas acceptable pour un sport avec un tel potentiel et avec des acteurs qui réalisent des performances techniques et physiques hallucinantes. La Fédération Internationale doit reprendre les choses en mains là aussi pour donner un cadre clair et précis avec des arbitres formés et préparés pour le mettre en place.

La Fédération Internationale doit reprendre la main

À travers ces deux exemples, on comprend l’influence des Fédérations fortes, qui ont bien plus de moyens financiers, que la Fédération Internationale. Si l’IRL ne peut rien imposer à la NRL ou à la RFL pour les compétitions domestiques, elle doit reprendre la main pour le cadre global du sport et évidemment sur les compétitions qu’elle organise. Alors c’est qui le patron ?

Treize Mondial