Cinéma. Rodrigo Sorogoyen, le roi du polar, invité du Festival Premiers Plans d’Angers

Avec le succès en salle de “As Bestas”, le réalisateur Rodrigo Sorogoyen est très attendu à Angers. Les réalisations de sept longs métrages et de séries pour la télévision ont fait de cet artiste espagnol, en l’espace de seulement quelques années, un cinéaste incontournable. Il est devenu, avec ses séries comme “Antidisturbios” et ses films “Madre”, “El Reino” et “Que Dios nos perdone”, un chef de file du thriller.

L’œuvre de Rodrigo Sorogoyen s’attaque de front à des sujets brûlants comme la corruption, les violences policières ou la xénophobie, pour en faire des récits universels. Le réalisateur se retrouve dans la droite lignée du cinéma espagnol engagé des années 70.

Sur le plan technique, il travaille des scènes longues avec des changements de tonalité à l’intérieur même d’une même séquence, ce qui donne un rythme singulier à ses films.

Rodrigo Sorogoyen a une place singulière dans le cinéma, entre films indépendants et commerciaux, et on comprend dès lors pourquoi Premiers Plans a choisi de lui rendre hommage et de présenter sa première rétrospective en France en sa présence.

Les programmateurs du festival visionnent plus de 2500 films pour n’en retenir que 100 pour les différentes compétitions. Arnaud Gourmelen, l’un d’entre eux, nous parle de ce cinéaste espagnol et de son travail si particulier.



durée de la vidéo : 11min 01

Arnaud Gourmelen, programmateur du festival Premiers Plans



©France Télévisions

Né à Madrid, Rodrigo Sorogoyen après une maîtrise d’histoire, a été formé au scénario à l’École de Cinéma et de l’Audiovisuel de la Communauté de Madrid (ECAM), il est âgé d’à peine plus de vingt-cinq ans lorsqu’il coréalise son premier long-métrage en 2008, une comédie à sketches romantique 8 CITAS. Il travaille ensuite sur des séries de télévision espagnoles, telles que IMPARES (2008), LA PECERA DE EVA (2010), VIDA LOCA (2011) ou encore FRAGILES (2013).

Il revient au cinéma avec un nouveau long-métrage en 2013, STOCKHOLM, pour lequel il obtient le Prix du Meilleur Réalisateur au Festival du film de Malaga. En 2011, il fonde parallèlement avec trois associés la société de production Caballo Films, qui lui permet notamment de produire STOCKHOLM et les fictions qui lui succéderont. En 2016, QUE DIOS NOS PERDONE, un thriller psychologique lui vaudra le prix du meilleur scénario au Festival international du film de Saint-Sébastien. Ce polar extrêmement noir le hisse au rang de chef de file du cinéma policier.

Son film suivant, EL REINO (2018), explore lui les bas-fonds de la corruption politique espagnole et joue habilement entre réalité et fiction. Le film remporte sept Goya en 2019 dont celui du Meilleur réalisateur, du Meilleur scénario et du Meilleur acteur pour Antonio de la Torre et confirme à Sorogoyen sa position de maître du polar.

En 2020 on le retrouve sur un sujet plus intimiste et risqué avec MADRE, le portrait troublant d’une mère sur fond de polar violent. En parallèle à ses longs métrages, le réalisateur retourne à ses premiers amours télévisuels avec la série ANTIDISTURBIOS en six épisodes.

En 2022, Rodrigo Sorogoyen signe son grand retour avec AS BESTAS. Le film est présenté pour la première fois au Festival de Cannes, en sélection officielle Cannes Première. Porté par un impressionnant casting (Denis Ménochet, Marina Foïs et Luis Zahera) son film devient son plus gros succès en France.



durée de la vidéo : 01min 25

Bande annonce du film As bestas de Rodrigo Sorogoyen



©ARCADIA MOTION PICTURES, CABALLO FILMS

 Antoine et Olga, un couple de français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils pratiquent une agriculture écoresponsable et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique sans leur opposition à un projet d’éolienne qui crée un grave conflit avec leurs voisins. La tension va monter jusqu’à l’irréparable

Autre succès moins publique que critique El Reino a reçu 7 récompenses sur  les 13 nominations au Goya (l’équivalent des César chez nous) . El Reino s’inspire des scandales de détournement de fonds et de pots-de-vin du Parti populaire. Le personnage principal Manuel López-Vidal est un homme politique influent dans sa région. Alors qu’il doit entrer à la direction nationale de son parti, il se retrouve impliqué dans une affaire de corruption qui menace un de ses amis les plus proches. Pris au piège, il plonge dans un engrenage infernal.

Film sur la misère morale des acteurs de la corruption, plongée noire et désabusée dans les égouts de la politique et critique acerbe d’une époque. Le film de Rodrigo Sorogoyen s’attache davantage à dépeindre la personnalité des protagonistes qu’à décrire les actes que la justice leur reproche

Sandrine Morel

Journaliste au Monde

La filmographie de Rodrigo Sorogoyen

Stockholm 2013 Espagne 90’
Que Dios nos perdone 2016 Espagne 127’
El Reino 2018 Espagne, France 132’
Madre 2019 Espagne, France 128’
Antidisturbios 2020 Espagne 306’
El Doble – Épisode de la série Historias para no dormir 2021 Espagne 65’
As bestas 2022 Espagne 137’

Infos pratiques Festival premiers Plans :

Les horaires : Début des séances 10 H. Dernière séance 22 H 30.

Les Lieux du Festival • Centre de Congrès Jean Monnier, 33 boulevard Carnot • Cinémas Les 400 Coups, 2 rue Jeanne Moreau • Pathé Angers, 1 avenue des Droits de l’Homme • Grand Théâtre, place du Ralliement • La collégiale Saint-Martin, 23 rue St-Martin • Le Qu4tre de l’Université d’Angers, 4 allée François Mitterrand • Joker’s Pub, 32 rue Saint-Laud

Tarifs Billet à l’unité Tarif plein : 8€ Tarif réduit 5€ Sur présentation d’un justificatif de moins de 3 mois : -18 ans, étudiant, volontaire en service civique, demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA, carte Partenaires (délivrée par la Ville d’Angers), carte mobilité inclusion mention invalidité. Carnet partageable

Tous les tarifs : https://www.premiersplans.org/festival/pratique-billetterie.php

►Retrouvez tous nos articles sur le festival Premiers Plans