Châteaudun est maintenant aux manettes de l’ancienne Base aérienne et ça redécolle déjà !

Un moment symbolique fort avec les représentants de l'Armée de l'Air lors de la signature de la convention ce jeudi 29 septembre 2022
Un moment symbolique fort avec les représentants de l’Armée de l’Air lors de la signature de la convention de transfert ce jeudi 29 septembre 2022 (©V.L. Grand Châteaudun)

Ce samedi 1er octobre 2022, l’agglo du Grand Châteaudun devient officiellement propriétaire et gestionnaire de la plate-forme aéronautique qui a abrité durant des décennies la Base aérienne 279 – Lieutenant Marcel-Beau

Les collectivités du Dunois, et en particulier la ville de Châteaudun (Eure-et-Loir), ont été impactées par deux mesures de restructuration successives du ministère des armées. La base aérienne de Châteaudun a été définitivement fermée le 31 décembre 2021. Ce jeudi 29 septembre 2022, une convention de transfert a été officiellement signée à Chartres avec le préfet d’Eure-et-Loir pour acter la transmission de gestion à la collectivité locale.

Des dispositifs de l’Etat actionnés

Le territoire du Dunois a bénéficié d’un accompagnement de l’Etat comme le rappelle Françoise Souliman dans un communiqué :

Afin d’accompagner les acteurs locaux dans leurs projets de transformation du territoire, deux contrats de redynamisation de site de défense (CRSD) ont été signés, l’un en 2015, le second en décembre 2019. Dans ce cadre, les dispositifs spécifiques proposés par l’Etat lui ont permis d’être au côté des collectivités du Dunois pour pallier les conséquences du départ des armées et les pertes d’emplois associées.

Françoise SoulimanPréfet d’Eure-et-Loir

Un accompagnement qui s’est traduit par le financement de créations d’emplois à travers les actions inscrites dans les deux contrats de redynamisation – dans lesquels l’Etat aura au total consacré près de 11 millions d’euros – ou de cession de terrains à l’euro symbolique comme celui de l’ex-hippodrome de près de 54 hectares.

La convention de transfert de la plateforme aéronautique est signée le 29 septembre 2022.

Un second contrat de redynamisation de site de défense

Ce samedi 1er octobre 2022 le Grand Châteaudun est désormais propriétaire et gestionnaire de l'ancienne base aérienne
Ce samedi 1er octobre 2022 le Grand Châteaudun est désormais propriétaire et gestionnaire de l’ancienne base aérienne (©V.L. Grand Châteaudun)

Le cadre juridique offert par la loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République dite loi NOTRe « a ouvert de nouvelles opportunités dont les acteurs locaux se sont saisis » souligne le préfet.

Le second CRSD, avec la signature d’un avenant le 24 juin 2022, intègre les projets aéroportuaires de la communauté de communes du Grand Châteaudun.

Vidéos : en ce moment sur Actu

La mobilisation de tous aboutit aujourd’hui à la signature de la convention de transfert par le président de la Communauté de communes du Grand Châteaudun et le préfet d’Eure et Loir pour un transfert effectif au 1er octobre 2022.

Françoise Souliman

Et quand on parle de mobilisation de tous, on peut dire que les acteurs concernés étaient nombreux autour de la table :

  • Les services de l’Etat : préfet d’Eure-et-Loir, sous-préfet de Châteaudun, le ministère des Armées, la Direction générale de l’aviation civile, la Direction départementale des finances publiques et la direction régionale des finances publiques.
  • La Communauté de communes du Grand Châteaudun,
  • Le département d’Eure-et-Loir,
  • La Région Centre Val-de-Loire.

Et demain, sur ce site exceptionnel…

Sur ce site énorme, les projets de développement sont à la mesure des enjeux.
Sur ce site énorme, les projets de développement sont à la mesure des enjeux. (©Laurent Rebours)

Pour permettre ce transfert dans de bonnes conditions, Françoise Souliman résume les grandes étapes nécessaires qui ont été ou vont être mises en action :

  • Le ministère des Armées a mené un important chantier de démantèlement des matériels aéronautiques qui s’est achevé en décembre 2021 ;
  • Des biens et matériels sont cédés gracieusement à la collectivité ;
  • La collection d’avions CANOPEE sera mise en valeur sur le site ;
  • L’Etat a garanti la continuité aéronautique en maintenant l’agrément à usage restreint dont disposait l’aérodrome.

Et ce ne sont que de premières étapes car le Grand Châteaudun, son président Fabien Verdier en tête, nourrissent de grands espoirs de développement économique sur le long terme autour d’un site aéroportuaire vertueux.

Un site énorme de quelque 450 ha avec hippodrome, dont 70 000 m2 de hangars, qui est d’ores et déjà valorisé par la collectivité comme ont pu le présenter lundi 26 septembre Fabien Verdier aux côtés des porteurs du dossier, Lionel Raymond (coordonnateur), Jérôme Leclerc (maire de Villemaury), Olivier Lecomte (maire de Jallans).

Un des plus importants parcs photovoltaïques

En effet, on y trouve déjà dans les tuyaux, l’implantation prochaine d’un parc photovoltaïque de 83,8 hectares sur le site de l’EAR.

Il s’agit de l’un des plus importants parcs photovoltaïques susceptibles de s’implanter dans la région Centre-Val de Loire et une première en France sur un aéroport. Il va, à terme, produire 100 MW, de quoi fournir de l’électricité à plus de 40000 habitants ce qui fera du Grand Châteaudun quasiment un territoire à énergie positive.

Sur le site de l’ex-hippodrome (54 hectares cédés à l’euro symbolique), 450 emplois devraient être créés.

Mais les dizaines de réunions du comité de pilotage, l’équipe de six personnes aux commandes, la création de la Société publique locale Air Châteaudun ont permis de déboucher sur des projets très prometteurs pour le territoire.

Nous avons déjà des premiers clients, avec des loyers, pour occuper ces hangars car le coeur du dispositif est d’avoir des recettes domaniales régulières qui vont venir se coupler avec des activités de bord de piste, de la maintenance aéronautique…

Fabien VerdierPrésident du Grand Châteaudun

Une renaissance de l’aéroport

Cette renaissance économique, ce « phénix » qui va si bien à la cité dunoise, s’inscrit aussi dans une démarche qui se veut vertueuse avec des enjeux liés à la sobriété énergétique, le développement de l’électrique, de l’hydrogène…

La démarche globale sur l’ensemble de ce site est de parvenir à créer un écosystème aéronautique, mini-pôle de compétitivité, autour des nouvelles technologies.

En matière d’environnement, une réserve de quelque 150 ha de biodiversité va continuer à abriter des papillons Hermite (le dernier endroit au Nord de la France où on les trouve), des criquets et des oedicnèmes criards. Des espèces préservées des prédateurs.

Le site abrite encore des infrastructures exceptionnelles pour l’accueil et l’hébergement avec salle de cinéma, partie restauration, 120 chambres… de quoi pouvoir recevoir des formations, des séminaires, des réunions d’entreprises.

Et puis il y a toujours le projet muséal prenant en compte la collection unique Canopée et ses avions de l’Ouragan au Mirage 2000… autant dire une vitrine unique pour attirer du public.

Dans leur démarche de VRP du territoire dunois, les pilotes du projet ont fait en sorte de mettre les entreprises de logistique de côté, toujours en recherche d’espaces énormes mais peu porteuses de valeur ajoutée.

Or, c’est exactement ce que la SPL Air Châteaudun recherche, des sociétés susceptibles d’attirer des cadres, des ingénieurs, de faire travailler des sous-traitants locaux…

Aujourd’hui, en l’état, Bercy a valorisé le site à hauteur de 44 millions d’euros, sans activité dessus. Autant dire que notre développement va bien au-delà du Grand Châteaudun, c’est l’intérêt de toutes les collectivités un peu concernées par une activité aéroportuaire de rejoindre Air Châteaudun !

Fabien Verdier.

Et à ce titre, l’agglomération d’Orléans ne s’y est pas trompée. Un futur développement dunois pourra être intéressant en complément des six aéroports régionaux.

« Il ne faut pas oublier que la première balance commerciale aujourd’hui, c’est l’aéronautique » ajoute le président du Grand Châteaudun qui a en tête notamment les besoins de l’aviation d’affaire, « nous ne sommes qu’à vingt-cinq minutes du Bourget et ici les loyers sont bien plus attractifs pour la maintenance par exemple ».

Avec sa piste de 2300 mètres de long, Châteaudun dispose là aussi d’un atout majeur, de quoi accueillir un Airbus A 320 par exemple. De quoi répondre aux saturations d’aéroports parisiens voire d’Airbus à Toulouse en recherche d’une centaine d’hectares.

Et puis, ces chefs d’entreprises qui se seront posés trois, quatre fois à Châteaudun pour le business, auront peut être envie qui implanter une usine ?

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Chartres dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

x