Chaque film d’horreur d’Anthony Hopkins classé du pire au meilleur

L’acteur primé aux Oscars Anthony Hopkins a joué dans une grande variété de films d’horreur effrayants avant et après avoir joué le rôle d’Hannibal Lecter. Avec un record d’innombrables nominations, il est indéniable que Hopkins est l’un des acteurs les plus talentueux d’Hollywood. La star galloise est reconnue dans le monde entier pour ses jalons dans l’horreur, un genre qui montre l’éventail de son talent et de son style de signature.

Depuis les années 1960, la carrière d’Anthony Hopkins a intégré une gamme de genres, mais ses premiers travaux dans l’horreur ont jeté les bases de sa future notoriété. Quelques films principaux en dehors du genre d’horreur qui ont d’abord amené Hopkins à la célébrité sont Le Lion en hiver, Un pont trop loin et L’homme éléphant de David Lynch. Cependant, c’est lorsque Hopkins accepte le rôle d’Hannibal Lecter dans l’adaptation du roman de Thomas Harris Le Silence des agneaux en 1991 que sa renommée monte d’un cran. Ses étranges 16 minutes de temps d’écran dans le thriller étaient suffisamment talentueuses pour lui valoir un Oscar du meilleur acteur. Parallèlement à d’autres travaux, tels que son rôle d’Odin dans le MCU, l’acteur gallois a continué à jouer des rôles d’horreur dans les années qui ont suivi Le silence des agneaux.

Le premier film d’horreur dans lequel Anthony Hopkins a joué est le film Audrey Rose de 1977, une horreur surnaturelle basée sur des événements réels. À sa sortie, Audrey Rose a reçu des critiques mitigées, certains critiques l’appelant une refonte de L’Exorciste tandis que d’autres l’ont félicitée pour son excellente configuration narrative. C’était une entrée parfaite dans la carrière de Hopkins, car il a obtenu un rôle principal dans le long métrage d’horreur Magic un an plus tard. Bien que connu pour sa performance surprenante en tant que tueur en série cannibale Hannibal Lecter, il a brillé dans plusieurs autres films d’horreur. Voici tous les films d’horreur d’Anthony Hopkins, classés du pire au meilleur.

L’homme aux loups (2010)

The Wolfman est un remake à gros budget du film à succès The Wolf Man de 1941. L’histoire suit Lawrence (Benicio Del Toro) qui enquête sur la disparition de son frère à la demande de la fiancée de son frère Gwen (Emily Blunt). Lorsqu’il revient à Blackmoor, sa maison d’enfance, il est mordu par un loup-garou et destiné à se transformer en un. The Wolfman a joué terriblement au box-office et n’a pas atteint le seuil de rentabilité. Bien qu’il ne soit pas un film terrible, le film original place la barre haute en termes de ce qui est nécessaire pour un thriller de loup-garou. Les effets de loup ne sont pas aussi effrayants que dans la version de 1941. La performance d’Anthony Hopkins est l’un des rares moments forts, car il joue superbement un père indigne de confiance. Les techniques d’acteur qu’il a utilisées dans le passé se retrouvent dans The Wolfman, et il réussit à créer du suspense avec ces expressions talentueuses.

Le Sacre (2011)

Un jeune prêtre, joué par Colin O’Donoghue de Once Upon a Time, décide d’aller à l’école pour devenir exorciste et a l’intention de convaincre ses supérieurs d’ouvrir leur esprit à l’explication psychiatrique. Dans The Rite, Anthony Hopkins joue le mentor du prêtre qui finit par lui montrer la vérité derrière la possession démoniaque. Alors que The Rite a fait beaucoup mieux au box-office que The Wolfman, ce film d’horreur a été universellement critiqué par les critiques pour être fastidieux. Le rythme est relativement lent pour un film annoncé comme L’Exorciste. Le dialogue est souvent alambiqué, malgré des talents comme Hopkins qui le dramatisent suffisamment pour rendre le film divertissant. Cependant, il brosse un tableau précis du Vatican et du fonctionnement interne de l’église lorsqu’il s’agit d’étudier les exorcismes, ce qui le rend étonnamment informatif par rapport à une expérience effrayante.

Annibal (2001)

Hannibal est l’épisode qui suit Le silence des agneaux dans la franchise adaptée de Thomas Harris. Anthony Hopkins reprend le rôle de Lecter sans perte de talent depuis sa première interprétation du tueur en série psychiatre. Le film suit le voyage de Clarice Starling alors qu’elle enquête sur les allées et venues potentielles d’Hannibal, mais le cannibale échappe sans effort aux autorités à Florence, en Italie. Le remplacement de Jodie Foster par Julianne Moore est très visible, comme le sont la plupart des refontes des personnages principaux, mais elle donne une solide performance lorsqu’elle joue un agent à la fois ravi et révolté par Hannibal Lecter. Malheureusement, un rythme inégal et un manque de résolution entraînent Hannibal vers le bas, mais l’horreur est aussi classiquement atmosphérique que son prédécesseur macabre.

Audrey Rose (1977)

Audrey Rose est un film d’horreur réalisé par Robert Wise et adapté du roman du même nom de Frank De Felitta. Il se concentre sur une famille moyenne vivant à New York qui est approchée par un étranger (Anthony Hopkins) et dit que leur enfant est une réincarnation de sa fille décédée. Le charme coloré des années 1970 de ce film d’horreur enlève ses défauts narratifs, car la cinématographie est l’un des principaux points forts d’Audrey Rose. Les critiques des critiques du film sont mitigées, bien qu’il soit souvent salué comme suffisamment divergent sur le plan philosophique par rapport à des histoires classiques similaires comme Rosemary’s Baby ou The Exorcist pour le distinguer. Audrey Rose montre qu’Anthony Hopkins peut dégager un côté parfaitement maniaque même dans ses premières performances. Le rôle remarquable de Hopkins en tant que père en deuil rend cette horreur émotionnelle mémorable, et le drame n’aurait probablement pas inspiré la sympathie sans lui.

Dragon rouge (2002)

Après Hannibal en 2001, une préquelle du Silence des agneaux sort l’année suivante. Red Dragon tourne autour de l’agent spécial Will Graham alors qu’il fait appel à Hannibal Lecter pour attraper un tueur en série appelé le Grand Dragon Rouge. Il a reçu une réponse critique nettement plus positive par rapport à son prédécesseur et parvient à ramener l’atmosphère familière de Thomas Harris en faisant revenir le scénariste du Silence des agneaux Ted Tally pour écrire un scénario intelligent. Cependant, le cœur du film est la relation entre Graham et Lecter à laquelle Ed Norton et Anthony Hopkins ajoutent une grande nuance. Red Dragon est un thriller solide, mais, comparé à différentes adaptations comme Manhunter ou Hannibal de Bryan Fuller qui plongent plus profondément dans les personnages, il tombe parfois à plat. C’est un film amusant et engageant mais qui ne rend pas justice à la moralité grise unique de l’histoire originale de Harris.

Magie (1978)

Magic suit le ventriloque Corky (Anthony Hopkins) qui doit naviguer dans son cercle social et sa carrière côte à côte avec sa marionnette possessive Fats. De nombreux films de poupées se concentrent sur la présentation d’une variété de sauts effrayants ou sur l’exploitation optimale des caractéristiques effrayantes d’un jouet, mais Magic est original en ce sens qu’il s’attarde sur la psyché de l’homme troublé qui possède la poupée. Hopkins offre une performance déchirante en tant qu’individu déchiré entre deux mondes. Gene Siskel l’a classé parmi ses dix meilleurs films de la liste de 1978, citant qu’il était engagé dans la tension de savoir si la poupée est vivante. La magie devient plus effrayante moins elle suit les conventions, avec la caractérisation sympathique mais inquiétante de Hopkins de Corky donnant à ce film d’horreur le coup de poing dont il a besoin.

Dracula de Bram Stoker (1992)

L’adaptation par Francis Ford Coppola du tristement célèbre roman de Bram Stoker, Dracula, suit fidèlement l’histoire de l’auteur. L’utilisation de plusieurs récits pour raconter l’histoire de Dracula donne du poids à l’immense construction mondiale que Coppola réalise avec sa direction atmosphérique. Hopkins joue Abraham Van Helsing et, bien qu’il ne joue pas le rôle du principal antagoniste du film, donne une performance qui correspond au mieux à sa filmographie sournoise. Son talent est équilibré avec d’autres interprètes vedettes qui apportent tout ce qu’ils ont à ces rôles classiques, tels que Winona Ryder et Gary Oldman. L’épopée gothique de Coppola, Dracula, est généralement réussie, la plupart des défauts impliquant des personnages secondaires tels que Jonathan Harker, notoirement cordé de Keanu Reeves.

Le silence des agneaux (1991)

L’opus magnum de Jonathan Demme, The Silence of the Lambs, est centré sur un agent recrue Clarice Starling qui doit recueillir des indices auprès du cannibale incarcéré Hannibal Lecter pour traquer le tueur en série actif Buffalo Bill. Cette adaptation de Thomas Harris est devenue le premier film d’horreur à remporter le prix du meilleur film aux Oscars et reste l’un des films les plus transformateurs du genre à ce jour. Les performances et la chimie stellaires d’Anthony Hopkins et Jodie Foster élèvent ce travail plein de suspense à un degré magistral. Chaque technique de réalisation fonctionne en faveur du fait que Le silence des agneaux est l’un des longs métrages d’horreur les plus intenses mis à l’écran, soutenu par la façon dont la tension provient du dialogue.

Alors qu’Anthony Hopkins brille dans son travail exceptionnel sur Le silence des agneaux, il a légitimement mérité la reconnaissance pour le reste de sa filmographie. Son expérience du théâtre et des films adaptés de pièces de théâtre lui a donné un avantage talentueux pour le drame qu’il utilise efficacement dans ses projets les plus pleins de suspense. Il y a une valeur dans tous les films d’horreur d’Anthony Hopkins, menant à son meilleur film Le silence des agneaux.

x