cette triste histoire personnelle qui a inspiré la fiction

“Et, si l’homme que vous aimez n’était pas celui que vous pensiez ?”. Une troublante question que M6 pose à ses téléspectateurs ce jeudi 24 novembre avec son nouveau feuilleton L’Homme de nos vies. Scindée en quatre épisodes de 52 minutes chacun, la mini-fiction est portée par un casting de comédiens prestigieux.

Dans ce thriller haletant, Jonathan Zaccaï incarne Guillaume Bressac, un mystérieux imposteur aux multiples identités jouant avec les sentiments des femmes pour soutirer de l’argent. Parmi ses victimes, on retrouve les actrices Odile Vuillemin, Helena Noguerra, Flore Bonaventura et Élodie Frégé. Quatre héroïnes bafouées et trompées qui s’allient pour traîner cet “arnacoeur” devant la justice.

“Une de mes amies a été victime d’un type comme ça”, Amaury Fournial

À l’origine du feuilleton réalisé par Frédéric Berthe, L’Homme de nos vies est né de l’initiative d’Amaury Fournial qui a co-produit la série avec le comédien Dominique Farrugia (à la tête de Shine Fiction). Une idée qui remonte à plusieurs années auparavant, après une mésaventure similaire arrivée à l’une de ses proches. “Fin 2018, début 2019, une de mes amies a été victime d’un type comme ça”, raconte le producteur président de Sibaro Films pour Planet.

Une histoire personnelle liée au même moment à une affaire médiatique. “Par hasard, il y avait en même temps un procès très retentissant aux États-Unis avec Derek Alldred, condamné à 24 ans de prison (après avoir escroqué une trentaine de conquêtes, NDLR)”, confie celui qui s’est intéressé aux histoires de célèbres imposteurs comme Christophe Rocancourt et Jacques Masset.

“Je ne l’avais jamais vu comme ça, je n’ai pas compris ce qu’elle vivait”, Amaury Fournial

Touché par l’histoire personnelle de son amie, Amaury Fournial nous explique qu’elle traversait un divorce, la rendant ainsi vulnérable. “Quand on arrive au milieu de la vie entre 40 et 45 ans, on peut paraître fort alors qu’on est très fragile. C’est un moment où les gens sont assez vulnérables. […]. Ça vous déstabilise beaucoup”. C’est alors que l’usurpateur s’immisce dans la vie de sa victime, se montrant “sympa avec vous”.

Pour Amaury Fournial, “ce qui est touchant, c’est de voir l’état psychologique dans lequel est une personne que vous aviez crue jusqu’à présent toujours très forte”. Et, de nous préciser à propos de son amie. “Je ne l’avais jamais vu comme ça, je n’ai pas compris ce qu’elle vivait”. Si la jeune femme ne s’est pas alliée avec d’autres victimes (comme les héroïnes de M6), elle a surmonté cette épreuve bien entourée de ses proches. “C’est une fille de caractère, elle s’est reprise assez vite. Mais, ce n’est pas le cas pour d’autres victimes”, nous indique le coproducteur.

De ce récit personnel inspiré à l’écran, Amaury Fournial souhaite aussi mettre en avant l’histoire commune de ses femmes victimes de séducteurs malhonnêtes. “En regardant ces histoires, ce qui m’a intéressé, c’est le point commun qu’elles avaient toutes. Ce sont ces histoires que l’on a voulu traiter, à savoir la sororité”. Le combat de nos héroïnes est à suivre ce jeudi soir sur M6.