Cancer de la peau : une étude alerte sur les effets nocifs des lampes UV pour les ongles

Les séchoirs à vernis à ongles UV sont loin d’être inoffensifs, d’après les chercheurs des université de San Diego et de Pittsburgh aux Etats-Unis. Selon eux, l’irradiation UV de ces appareils, peut à terme, endommager l’ADN et pourrait même avoir un lien avec certains cancers.

Beaucoup d’hommes et de femmes se tournent aujourd’hui vers le vernis semi-permanent ou le gel pour avoir de beaux ongles. Dans les salons, les prothésistes ongulaires utilisent des appareils à UV pour sécher en quelques secondes le vernis. Même à la maison, il est désormais possible de les acheter et de faire sa manucure en solo. Problème : ces outils seraient néfastes pour la santé, montre une étude parue dans la revue Nature Communications et relayée par Midi Libre.

Comme le rappellent les auteurs, “la lumière ultraviolette (UV) est un type de rayonnement électromagnétique dont la longueur d’onde est comprise entre 10 nm et 400 nm.” Il existe deux types d’UV : les UVA et les UVB. Les deux rayonnements pénètrent dans la peau et peuvent induire, surtout les UVB, des lésions de l’ADN, expliquent-ils.

Face à ce constat, les chercheurs affiliés aux universités de San Diego et de Pittsburgh (Californie, États-Unis), ont voulu connaître les effets à long terme de ces UV sur l’ADN. Ils se sont donc intéressés aux UV des lampes à UV utilisés pour sécher les ongles. “Ces appareils émettent des rayons UVA avec très peu ou, dans la plupart des cas, aucun rayonnement UVB”, rapportent-ils.

Lors de leur expérience in vitro sur des cellules humaines et murines, les chercheurs se sont rendus compte qu’une seule irradiation de 20 minutes a entraîné entre 20 à 30 % de mort cellulaire. Pire encore, trois expositions consécutives de 20 minutes ont causé entre 65 % et 70 % de mort cellulaire. Des estimations inquiétantes lorsque l’on sait que, dans la plupart des salons, les ongles et les mains des client•e•s sont irradiés jusqu’à 10 minutes avec un sèche-ongles UV à chaque session, et que les manucures sont changées toutes les deux semaines, informe l’étude.

Un risque de cancer de la peau ou de la main ?

Néfastes pour les cellules, ces appareils pourraient-ils jouer un rôle dans l’apparition de cancer ? “Des inquiétudes ont été soulevées concernant l’ampleur des dommages à l’ADN pouvant résulter de l’exposition aux machines à ongles UV et leur rôle potentiel” dans le développement du cancer de la peau, ont constaté les auteurs. “Récemment, un petit nombre de cas de mélanome et de non-mélanome, signalés soit sur l’ongle soit sur le dos de la main, ont également été supposément attribués à l’exposition aux rayons UV émis par les séchoirs à vernis à ongles.” De plus, le Centre international de recherche sur le cancer a classé les UVA à large bande, les mêmes émises par les ampoules des séchoirs, comme cancérogènes du groupe 1.

Pour l’heure, l’étude à elle seule, n’apporte aucune preuve directe d’un lien entre développement de cancer et utilisation des lampes à UV pour ongles. En revanche, ces résultats combinés à des cas anecdotiques et des preuves antérieures “suggèrent fortement” que le rayonnement des séchoirs à vernis à ongles UV peut provoquer des cancers de la main et que, à l’instar des cabines de bronzage, peut augmenter le risque de cancer de la peau précoce, concluent les auteurs.

Ça peut aussi vous intéresser :

Les ongles, reflet de notre santé

Cancer de la peau : comment surveiller ses grains de beauté ?

Bientôt un vaccin thérapeutique contre le cancer ?

Cancer : un nouveau médicament pourrait bloquer la croissance des tumeurs