“Babylon” : les débuts décadents d’Hollywood

C’est LE film dont tout le monde parle pour le moment. Le nouvel opus de Damien Chazelle (La la Land) plonge au coeur de la folle création d’Hollywood dans les années 20. En sortie nationale au Ciné Gedinne.

La sélection de la semaine et les avis d’Anne-Sophie Vandevoorde du Ciné Gedinne :

 

– “Babylon” de Damien Chazelle, avec Brad Pitt, Margot Robbie, Diego Calva : au Ciné Gedinne le vendredi 20 janvier à 20h15 (en VOST et VF).

 

Los Angeles des années 1920. Récit d’une ambition démesurée et d’excès les plus fous, BABYLON retrace l’ascension et la chute de différents personnages lors de la création d’Hollywood, une ère de décadence et de dépravation sans limites. Raconte les débuts du cinéma américain. 

 

Ce film est une lettre d’amour à Hollywood qui raconte le passage du muet au parlant avec crudité, qui propulse des inconnus au sommet et brise la carrière de stars de l’époque qui se pensaient intouchables. Un portrait rebelle et outrageux de l’âge d’or hédoniste à Hollywood. C’est complètement excessif (comme cette période, d’ailleurs), et pourtant parfaitement divertissant. 3 heures de film pour une « Cacophonie étincelante sur une folle dépravation ». 

 

Si la critique est divisée sur le scénario, elle fait l’unanimité sur la musique, un jazz sauvage et énergique. D’ailleurs, pour l’anecdote, Damien Chazelle voulait devenir batteur. Mais il a constaté qu’il n’était pas assez bon. Alors il a fait des études de réalisation. 

 

– “La guerre des Lulus” de Yann Samuell avec Isabelle Carré, Didier Bourdon, François Damiens : au Ciné Gedinne le samedi 21 janvier à 14h15

 

A l’aube de la Première Guerre mondiale, dans un village de Picardie, quatre amis inséparables, Lucas, Luigi, Lucien et Ludwig, forment la bande des Lulus. Ces orphelins sont toujours prêts à unir leurs forces pour affronter la bande rivale d’Octave ou pour échapper à la surveillance de l’Abbé Turpin…

 

Lorsque l’orphelinat de l’Abbaye de Valencourt est évacué en urgence, les Lulus manquent à l’appel. Oubliés derrière la ligne de front ennemie, les voilà livrés à eux-mêmes en plein conflit. Bientôt rejoints par Luce, une jeune fille séparée de ses parents, ils décident coûte que coûte de rejoindre la Suisse, le “pays jamais en guerre”… les voilà projetés avec toute l’innocence et la naïveté de leur âge dans une aventure à laquelle rien ni personne ne les a préparés. 

 

Yann Samuell (réalisateur de “Jeux d’enfants” avec Guillaume Canet et Marion Cotillard et “La guerre des boutons”) réussit l’adaptation des trois premiers tomes d’une série de bande-dessinée de Régis Hautière et Hardoc. Un projet ambitieux qui dévoile une autre histoire de la Première Guerre mondiale : celle de l’occupation du Nord-Est de la France. Thème souvent traité sous l’angle de la Seconde Guerre mondiale, l’occupation du Nord de la France en 14-18 a souvent été mise de côté, laissant seuls les territoires du Nord meurtris par cette histoire.

 

Unit tous les genres et tous les publics autour de l’épopée de ces enfants qui interrogent la guerre et la combattent à leur façon. Grâce à ses différents niveaux de lecture, ce film est ainsi capable de satisfaire petits et grands, sans cacher ni aux uns, ni aux autres ce qu’était vraiment la guerre.

 

– “Everything Everywhere All at once” de Dan Kwan et Daniel Scheinert avec Michèle Yeoh : au Centre Culturel de Dinant le vendredi 20 janvier à 20h.

 

Evelyn et son mari Waymond ont une blanchisserie sur le déclin, une fille rebelle et une facture d’impôts qui semble interminable. Et c’est précisément au moment où tout devient trop difficile que l’univers se déchire en une multitude d’univers distincts. Evelyn n’est alors plus seulement propriétaire d’une laverie automatique, mais aussi star de cinéma internationale, maître de kung-fu, cheffe cuisinière ou peut-être l’héroïne dont tout le monde avait besoin depuis le début.

 

C’est un OVNI cinématographique hyper bien orchestré. Malgré le nombre hallucinant de règles et de concepts qui permettent à Evelyn de se connecter à des versions d’elle-même dans des dimensions alternatives, le récit reste efficace et le spectateur ne se perd jamais. Le kung-fu côtoie entre autres le film de science-fiction existentiel et des… humains aux doigts de saucisse… Ce film génial est une ode au talent de la sublime Michèle Yeoh.

 

Une fois que tu sais” documentaire d’Emmanuel Cappelin : au Petit Théâtre de Forzée le mercredi 25 janvier à 19h30. La projection sera suivie d’une discussion collective dans la dynamique du “Travail qui relie”. Accueil, bar et soupe dès 18h30. 

 

Comment continuer à vivre avec l’idée que l’aventure humaine puisse échouer ? En quête de réponses, le réalisateur Emmanuel Capellin est allé à la rencontre d’expert·e·s et de scientifiques tels que Pablo Servigne, Jean-Marc Jancovici ou Susanne Moser. Tou·te·s appellent à une action collective et solidaire pour préparer une transition la plus humaine possible. Une odyssée qui touche à l’intime et transforme notre regard sur nous-même et sur le monde pour mieux construire l’avenir.

 

Une fois que tu sais, tu fais quoi ? Comment passes-tu à l’action ? Emmanuel Cappelin dit des choses que l’on sait déjà, mais a la vertu de nous insuffler de la force et de la motivation pour nous éveiller avec force. Il met sa propre histoire au regard des discours apocalyptiques.