avec son « Prêt à impact entreprise », la Caisse d’Epargne veut aider les entreprises engagées

Donner un coup de booster aux entreprises, y compris à celles de plus petite taille, engagées dans une démarche environnementale ou sociale en bonifiant leurs intérêts : avec le « Prêt à impact entreprise », la Caisse d’Épargne veut défendre un modèle de financement vertueux.  À l’instar d’autres acteurs bancaires, tels que la Société Générale, La Banque postale ou Arkéa Banque qui accélèrent également sur le financement des transitions et de l’impact positif pour toutes les entreprises.

Destiné aux PME, ETI et aux acteurs de l’économie sociale et solidaire, ce nouveau produit de la Caisse d’Épargne, lancé début septembre, s’inspire du prêt à impact déjà distribué auprès des professionnels de l’immobilier et des bailleurs sociaux. Il a pour objectif d’encourager les entreprises à définir et atteindre de nouveaux objectifs environnementaux et sociaux.

Premier prêt accordé à l’entreprise malouine Gaïago

Le premier prêt réalisé en France a été signé le 6 septembre avec Gaïago, une PME basée à Saint-Malo (Ille-et Vilaine) et spécialisée dans la transition agro-écologique. Accompagnée par la Caisse d’Épargne Bretagne Pays de la Loire, la greentech a décroché un prêt de 1 million d’euros sur 5 ans. Cette somme couvrira tout ou partie de ses besoins de financement sur le plan matériel et humain (recrutement, communication, générations de données, investissement productif…).

Lancé en 2022, le programme Gaïago Carbone aide les agriculteurs à accélérer la revitalisation de leurs sols et des agro-systèmes grâce aux revenus liés au stockage du carbone. En plus des bénéfices agronomiques des produits développés par Gaïago, les agriculteurs tirent un revenu additionnel des crédits carbone générés.

Inflation: Bercy appelle les banques et les assureurs à participer à l’effort

Critères extra-financiers et bonification des intérêts

« Ce nouveau prêt à impact vise à encourager les efforts des entreprises dans la prise en compte de critères extra-financiers plus ambitieux pour leurs activités », explique Christophe Pinault, président du directoire de la Caisse d’Épargne Bretagne Pays de Loire, interrogé par La Tribune.

« Ouvrir cet accompagnement aux entreprises, y compris de petite taille, vient compléter un produit déjà existant pour les professionnels de l’immobilier et les bailleurs sociaux et qui représente, pour notre caisse régionale, un total de 300 millions d’euros », ajoute-t-il.

Concrètement, pour chaque prêt à impact, l’entreprise cliente choisit une thématique sociale ou environnementale (énergie verte, déchets, achats responsables…) ainsi qu’un indicateur, définis par la Caisse d’Épargne et audités par Moody’s ESG Solutions, sur lesquels elle souhaite se positionner (parts des déchets recyclés, parité, insertion professionnelle…).

Chaque année, et pendant toute la durée de vie du prêt, l’atteinte d’un objectif de performance extra-financier déclenche le calcul d’une bonification que la Caisse d’Épargne encourage à reverser à une association en lien avec la thématique sélectionnée et dans le cadre d’une convention tripartite.

« Pour les professionnels de l’immobilier et les bailleurs sociaux, l’association doit être active dans le domaine du développement durable. L’ONG The SeaCleaners d’Yvan Bourgnon qui lutte contre la pollution plastique des océans a par exemple été soutenue », cite Christophe Pinault.

L’entreprise Gaïago, qui bénéficiera d’une bonification si son objectif fixé est atteint, a choisi pour sa part de la reverser à ses clients agriculteurs utilisateurs.

100 millions d’euros pour la transition énergétique dans l’Ouest

Selon la Caisse d’Épargne, le profil des entreprises susceptibles de solliciter ce prêt est large.

« Industrie, services, projet de transformation d’une flotte de véhicules vers l’électrique : on est ouvert à tout du moment que cela œuvre en faveur du développement économique et social du territoire ou de la réduction de l’empreinte carbone » assure le président de la caisse régionale. « De façon générale, la Caisse d’Épargne Bretagne Pays de Loire est un acteur régional très impliqué dans le financement des projets de transition écologique. »

Outre le financement des grands projets de territoire (parc éolien de Saint-Nazaire, projets de méthanisation…), la caisse régionale accompagne aussi ses clients dans leurs projets de transformation à travers des prêts « verts » ou un livret green (60 millions d’euros à la fin 2022) qui flèche l’épargne vers des projets de développement durable.

 « L’accompagnement de la transition énergétique représente un encours green total de 280 millions d’euros dont plus de 100 millions de crédits depuis le début de l’année. Il y a une vraie accélération », fait remarquer Christophe Pinault, dont la banque finance par exemple l’entreprise Grain de Sail, acteur breton de l’import-export sur voilier-cargo.

Selon la banque régionale, ses dossiers de prêts aux entreprises sont liés à 45% à l’efficacité énergétique, à 25% aux énergies marines renouvelables, à 15% à la mobilité et à la décarbonation du transport maritime.

Plan de transformation interne

En interne, la consigne est aussi à la réduction de l’empreinte carbone. La caisse régionale s’apprête à lancer une semaine « verte » de sensibilisation auprès de ses salariés. Parmi quelques actions concrètes déjà mises en œuvre figurent la création d’un crédit à taux zéro pour les collaborateurs désireux d’acheter un vélo électrique, la mise à disposition de véhicules électriques et des opérations de nettoyage de sites pollués.

La Caisse d’Épargne Bretagne Pays de la Loire réduit aussi ses consommations d’énergie et transforme ou reconstruit aux normes d’anciens bâtiments.

 « La banque a engagé dès 2018 un grand plan d’économie des charges. Notre coefficient d’exploitation est aujourd’hui inférieur à 62%. Il est très important vis-à-vis des clients d’engager une démarche d’exemplarité », conclut Christophe Pinault.

Le rôle des banques pour accélérer la rénovation énergétique