Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Le Grand Conseil vaudois a pris acte mardi du programme de législature 2022-2027 du Conseil d’Etat, présenté en novembre dernier. Les députés ont globalement réservé un bon accueil à ce “document-cadre”, même s’ils ont été plusieurs, surtout à gauche, à critiquer certains aspects.

Le Grand Conseil ne pouvant pas modifier ce programme de législature, ni même le refuser ou l’accepter, il s’est contenté d’en prendre acte. Cela s’est néanmoins traduit par un vote symbolique: ils ont été 97 à prendre acte, 8 à ne pas vouloir en prendre acte et 27 à s’abstenir.

Ce sont les Vert’libéraux, qui ne sont pourtant pas représentés au gouvernement, qui ont été les plus élogieux envers le programme de législature du Conseil d’Etat. “J’ai cru lire le programme de mon parti”, a relevé Aurélien Demaurex, rappelant les mesures phares annoncées dans le programme, notamment en matière de durabilité, de baisses fiscales ou de soutien à l’innovation.

Le PLR a également salué un programme “équilibré et tourné vers l’avenir”, a dit Florence Bettschart-Narbel. Elle a rappelé les baisses fiscales destinées à “soulager la classe moyenne” et permettre au canton de Vaud de devenir plus “attractif” en matière fiscale, “ce qu’il n’est pas aujourd’hui”. Pour mémoire, la baisse fiscale sera progressive, de 73 millions cette année à 250 millions en 2027.

Parmi les “bémols” à ce programme de législature, la députée PLR a regretté une volonté à “étatiser au maximum” le système de santé.

L’UDC s’est aussi montrée plutôt favorable. Avec toutefois aussi “quelques inquiétudes”, a relevé Fabrice Tanner. Il a notamment prévenu que la hausse de la biodiversité, voulue par le Conseil d’Etat, ne devait pas se faire au détriment des terres agricoles. Maîtrises des charges de l’Etat et de l’immigration ont aussi été exigées par Yvan Pahud.

Locataires “oubliés” selon la gauche

A gauche de l’hémicycle, les députés ont été plus critiques, tout en retenant certains aspects positifs. “Il y a du très bon et plusieurs points noirs”, a résumé le Vert Pierre Zwahlen.

Son collègue de parti Yannick Maury a regretté “les cadeaux fiscaux offerts aux personnes les plus aisées”. Il a dit voir “une dissonance” entre les ambitions climatiques du Conseil d’Etat et les moyens financiers qu’il se donnait pour les atteindre.

Plusieurs autres élus, à l’instar du socialiste Jean Tschopp, ont déploré “l’absence de toutes mesures de soutien aux locataires” qui, selon lui, sont “tout simplement absents” de ce programme de législature.

Les plus critiques ont été les députés de la gauche radicale (Ensemble à gauche et POP). Elodie Lopez a pointé “de grosses faiblesses”. Elle a critiqué, elle aussi, les baisses fiscales accordées “aux plus riches” qui s’accompagneront “de coupes budgétaires dans le secteur de la santé et du social”. Hadrien Buclin a aussi déploré “un programme très insuffisant” en matière climatique, surtout d’un canton riche qui devrait être “à l’avant-garde” sur ce sujet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats