au Plaza Athénée, dans les coulisses de la soirée la plus exclusive de ce début d’année | Vanity Fair

En pleine semaine de la Couture, il n’y a que Jean Imbert qui pouvait réunir ses convives à l’heure. Lundi, le chef fêtait le premier anniversaire de son restaurant étoilé au Plaza Athénée, lors d’un dîner family and friends, avec une guest list à faire pâlir d’envie le premier rang de tout défilé majeur : Pharrell Williams, venu avec son épouse Helen Lasichanh et leur fils Rocket, Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Vincent Cassel et Tina Kunakey, JR, Camille Razat, Louis Garrel, Kid Cudi… tous ont répondu présent. Même Leïla Bekhti a fait un saut à la soirée, voulant à tout prix faire la bise au chef malgré un engagement précédent. « Je sais pas depuis quand j’y pense, explique le chef étoilé. Je ne voulais pas que ce soit organisé. L’idée, c’était de réunir des amis, des artistes, des proches qui viennent souvent dans mes restaurants. Il y avait ma famille – mes deux frères, mes neveux… – et mes cinq meilleurs potes de Bretagne avec qui j’étais au club Mickey et qui me suivent depuis toujours. »

À lire : Le chef sifflera trois fois : avec Jean Imbert, à bord du Venice Simplon Orient Express

Au menu de ce dîner archi-privé, auquel Vanity Fair était invité en exclusivité : velouté du Barry, brioche Marie-Antoinette au caviar ou tarte chantilly truffée, minestrone de légume au bouillon servi dans une théière des plus chics, homard cardinal ou poularde demi-deuil, avant l’apothéose : un immense gâteau présenté aux invités avant découpe, circulant entre les tables avec fontaines scintillantes sous les applaudissements de la salle. « L’idée, c’était de faire un menu, en laissant le choix, ce qui est rare sur ce genre de format. Les plats, ce sont ceux qui sont emblématiques du Plaza. Mais je ne voulais pas d’un moment purement gastronomique : la cuisine, pour moi, ça se partage, ça vient en accompagnement d’amitiés, de rencontres…», poursuit Jean Imbert. Qui, d’ailleurs, déteste le mot « événement ».

« Ce qui est important : la lumière, la bonne vibe, la chaleur humaine »

« À part mes quarante ans l’année dernière, je ne fête rien. D’ailleurs, je ne suis pas un grand fêtard : je préfère les dîners, même quand c’est un peu désorganisé, que tout le monde n’arrive pas forcément à l’heure, ou ne fait que passer. C’est ça qui est important. C’est la lumière, la bonne vibe, la chaleur humaine. Hier soir, honnêtement, je crois que si j’avais été invité, j’aurais apprécié », se félicite-t-il.

Dans cette ambiance chic et détendue, les stars ont bavardé entre elles, déplaçant pour plus de convivialité les chaises, bousculant le faste des dorures, argenteries et autres verres en cristal pour une soirée entre amis étoilés. En cuisine, où ses invités se sont succédés pour des photos souvenirs, le chef avait de quoi jubiler.