apesanteur en sandales pour la femme en randonnée

Shorts et pantalons comme découpés dans une tente, cordes à nouer pour structurer et draper les tenues et sandales donnant une allure en apesanteur: la femme Hermès part en randonnée initiatique inspirée du désert californien.

“Il était temps de sortir et de célébrer la liberté. On était confinés si longtemps”, a déclaré la directrice artistique des collections féminines d’Hermès, Nadège Vanhée-Cybulski, dans les coulisses du défilé samedi à Paris.

L’installation du show évoquait des dunes au coucher du soleil. La palette de la collection –beige sable, rouge cuit, ébène, jaune ocre avec des touches de rose et d’orange–, puisait dans cet univers tout en restant fidèle à l’ADN Hermès.

La ligne est épurée et fluide, avec une multitude de cordes à nouer qui servent d’accessoires tout en étant fonctionnelles.

“Elles deviennent des axes avec lesquels on peut draper. Elle servent pour tenir, gainer, créer des volumes. Les zips ne sont plus des fermetures mais ils aident à ancrer de différents mouvements sur la robe”, souligne Nadège Vanhée-Cybulski.

L’inspiration “vient de l’univers de la randonnée, du “côté sportif utilitaire, des tentes, des sacs à dos”, ajoute-t-elle.

Les ouvertures sont aussi fonctionnelles sans renoncer au sexy: “Le fonctionnel peut être ennuyeux, j’ai ajouté la désirabilité dans la fonctionnalité”.

L’élément fort des looks de cette collection du prêt-à-porter printemps-été 2023 se trouve dans les chaussures, des sandales avec une semelle en lames de fibre de carbone qui procure une allure spatiale.

“C’est un mélange de la technologie et de l’archaïsme, la sandale la plus simple possible, spartiate on peut dire. L’idée, c’est de marcher au-dessus du sol, de planer”, explique à l’AFP Pierre Hardy, qui dessine les chaussures pour Hermès.

“J’aime le contraste entre le lourd et le léger. Cela structure et cela soulève du sol”, fait-il valoir.