Alors que son retrait a été annoncé, l’acteur Sofiane Bennacer reste bien dans la course aux

Sofiane Bennacer ne veut pas partir pour de « faux témoignages ». Dans un message publié mercredi 23 novembre 2022, l’acteur, qui joue l’un des rôles principaux dans le film Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi, s’exprime à nouveau au sujet de sa mise en examen en octobre dernier pour viols et violences sur conjoint par un juge de Mulhouse (Haut-Rhin).

Sofiane Bennacer est mis en examen pour des faits de viol sur deux ex-compagnes ainsi que pour violences sur conjoint envers une troisième. Il est également placé sous le statut de témoin assisté dans le cadre d’une plainte pour viol d’une quatrième ex-compagne.

Une réponse au journal « Le Parisien »

Cette prise de parole intervient après un article du Parisien , journal qui a révélé la mise en examen de Sofiane Bennacer. Sur la base d’un témoignage d’un membre de l’équipe du film, le journal avait annoncé le retrait de l’acteur âgé de 25 ans de la course aux César. Il figure parmi les 32 acteurs et actrices françaises sélectionnés par le Comité des révélations des César pour concourir aux César du meilleur espoir féminin et du meilleur espoir masculin.

Après avoir mis à jour son article, le journal a précisé que c’est « un membre de l’équipe du film » qui a « assuré que Sofiane Bennacer publierait dans la journée un communiqué annonçant qu’il se retirait de la vie publique et de la course aux César ».

« Je n’ai rien fait »

« Sans avocats, sans personne derrière », Sofiane Bennacer a démenti ce mercredi « ce journal de menteurs » sur Instagram. « Je vais peut-être me faire boycotter par le cinéma, écrit-il. De toute façon, je me suis fait humilier au plus profond de mon âme. C’est pourquoi je décide de continuer à concourir pour les César. Ce sera la dernière fois que je m’exprimerai sur le sujet avant ma victoire au tribunal. »

Dans un message fourni, il dénonce des « témoignages bidons » et assure : « Je vais être libre dans quelques mois, car je n’ai rien fait, mais il y a une enquête. » Selon lui, son ex-compagne, l’a « harcelé » deux ans après leur séparation et aurait « appelé et harcelé » d’autres ex-compagnes pour qu’elles portent plainte contre lui. L’acteur assure avoir en sa possession des « messages » qui prouvent ce harcèlement.

Il aurait également des « preuves » qui « contrent les accusations » des quatre ex-compagnes, dont les témoignages ont servi d’éléments à la décision du juge d’instruction. « Je suis innocent et je ne vous dirai pas tout car rendre tout public ne m’intéresse pas », note-t-il.

Le Théâtre national de Strasbourg au cœur de l’affaire

Le comédien avance d’autres éléments. Selon lui, la direction du Théâtre national de Strasbourg (TNS), où il a été formé, a refusé d’enclencher une enquête policière et souhaitait plutôt organiser une confrontation avec son ex-compagne. Mais elle aurait refusé, ce qui l’aurait poussé à quitter l’institution.

La direction du TNS, où Sofiane Bennacer avait été admis à l’école en 2019, avait saisi le ministère de la Culture des faits « de violences sexistes, sexuelles et de harcèlement dont elle avait été informée », selon Le Parisien , qui avait révélé l’affaire. Le ministère avait ensuite fait un signalement à la justice, sans préciser la date.

Le TNS a été sollicité mardi 22 novembre 2022 en vain par l’Agence France-Presse.

Des faits qui se seraient produits entre 2018 et 2019

Les faits allégués se seraient produits entre 2018 et 2019 à Mulhouse, Strasbourg et Paris, et les victimes présumées évoluent dans le monde du théâtre, a expliqué la procureur de la République de Mulhouse. Toujours selon Le Parisien, l’une des plaignantes affirme que l’acteur aurait abusé d’elle dans les coulisses de l’école du théâtre de La Filature, à Mulhouse. Les victimes présumées « décrivent une liaison sous emprise, au cours de laquelle des relations non consenties auraient eu lieu », d’après le quotidien.

Sofiane Bennacer, placé sous contrôle judiciaire et qui avait l’interdiction de se rendre à Strasbourg, à Mulhouse, mais aussi à Paris et dans la région parisienne, n’a pas participé à la promotion du film Les Amandiers sorti le 16 novembre en salles.

 

x