Airbus teste de nouvelles technologies pour améliorer l’assistance au pilote – Actualité aéronautique

Article publié le 24 janvier 2023 par David Dagouret

Ces technologies nommées DragonFly peuvent, notamment effectuer un atterrissage automatique et assister le pilote au roulage.
 

Airbus UpNext, filiale à 100 % d’Airbus, a commencé à tester de nouvelles technologies d’assistance au pilote, au sol et en vol, sur un avion d’essai A350-1000. 

Connues sous le nom de DragonFly, les technologies en cours de démonstration comprennent le déroutement d’urgence automatisé en croisière, l’atterrissage automatique et l’assistance au roulage et visent à évaluer la faisabilité et la pertinence d’explorer davantage les systèmes de vol autonomes en faveur d’opérations plus sûres et plus efficaces.

Au cours de la campagne d’essais en vol, les technologies ont pu aider les pilotes en vol, en gérant un événement simulé d’incapacité d’un membre d’équipage, et pendant les opérations d’atterrissage et de roulage. En tenant compte de facteurs externes tels que les zones de vol, le terrain et les conditions météorologiques, l’avion a pu générer un nouveau plan de trajectoire de vol et communiquer avec le contrôle du trafic aérien (ATC) et le centre de contrôle des opérations de la compagnie aérienne.

Airbus UpNext a également exploré des fonctionnalités d’assistance au roulage, qui ont été testées en conditions réelles à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. La technologie fournit à l’équipage des alertes audio en réaction à des obstacles, un contrôle de vitesse assisté et un guidage vers la piste à l’aide d’une carte d’aéroport dédiée. 

En plus de ces capacités, Airbus UpNext lance un projet visant à préparer la prochaine génération d’algorithmes basés sur la vision par ordinateur pour faire progresser l’assistance à l’atterrissage et au roulage.

Ces tests ont été rendus possibles grâce à la coopération avec les filiales d’Airbus et des partenaires externes, notamment Cobham, Collins Aerospace, Honeywell, Onera et Thales. DragonFly a été partiellement financé par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) dans le cadre du plan Stimulus français, qui fait partie du plan européen, Next Generation EU, et du plan France 2030.

A350

Sur le même sujet