A Moscou, poètes et acteurs en «pacifistes clandestins» contre «l’opération spéciale» de Poutine

A la télévision, le Kremlin déroule son narratif sur « l’opération spéciale » en Ukraine. Les tribunaux multiplient les condamnations de citoyens rebelles. En toute discrétion mais avec conviction, des résistances de l’ombre apparaissent cependant dans les théâtres. Entre allusions, allégories et poésies.


Article réservé aux abonnés

Temps de lecture: 4 min

En coulisses et sur scène, ils se sentent des « pacifistes clandestins ». Contre la « guerre » en Ukraine, ce mot que le chef du Kremlin Vladimir Poutine a certes pour la première fois utilisé publiquement en fin d’année dernière. Mais, dans les théâtres comme partout en Russie depuis le début de « l’opération spéciale » en Ukraine, selon la litote officielle, la loi continue de menacer de poursuites toute opinion publique jugée en « fake » militaire, jusqu’à quinze ans de prison. Dans les tribunaux, les condamnations contre de simples citoyens opposants sont quasi quotidiennes, notamment au titre de la « discréditation de l’armée ».


Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée