5 startups de la Civictech pour favoriser la participation citoyenne

Crédit photo : Nutthaseth Vanchaichana.

Crédit photo : Nutthaseth Vanchaichana.

Qu’est-ce que la Civictech ?

En janvier 2022, à quelques mois de l’élection présentielle, la sortie d’un « Tinder pour la présidentielle » a fait beaucoup parler de lui. L’application Elyze faisait « matcher » des propositions de candidats avec l’utilisateur. Il s’agit d’une technologie civique, Civictech en anglais. Selon la Knight Foundation, appartient à la Civictech « tout projet à finalité ouvertement citoyenne qui utilise les nouvelles technologies ». Le Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL précise toutefois qu’« une approche plus restrictive tend à limiter la Civictech aux outils technologiques de participation et de consultation citoyenne ». 

En d’autres termes, ces applications visent à transformer le système démocratique en favorisant la consultation et la participation citoyennes. Selon le gouvernement, la participation citoyenne « est une pratique démocratique qui consiste à associer les citoyens au processus de décision politique ».

La Civictech peut se distinguer de la Poltech qui a une visée électorale ainsi que de la Govtech qui améliore le fonctionnement et la transparence des pouvoirs publics et des politiques publiques.

 

Des outils au service de la participation citoyenne

ConsultVox est une plateforme de participation citoyenne en ligne à destination des collectivités territoriales, des entreprises, des universités, des associations ou des collectifs citoyens. Cette startup met à leur disposition de nombreux outils numériques tels que des appels à idées, un système de signalement citoyen des dysfonctionnements dans l’espace public, des budgets participatifs ou encore des questionnaires pour instaurer un débat entre les citoyens. 

 

Il s’agit également d’une plateforme de consultation citoyenne qui aide les pouvoirs publics et les collectivités locales à impliquer les citoyens dans des prises de décision. Elle a par exemple lancé la campagne « Jeunes, quelles sont vos priorités pour l’Europe de demain ? » à l’initiative du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Plus de 50 000 jeunes ont participé, donné leur avis et émis près de 3 000 propositions. 

 

Open Source Politics s’appuie sur le logiciel libre catalan Decidim qui développe un outil numérique permettant aux citoyens pour accompagner la démocratie participative. Budget participatif, enquêtes et sondages en ligne, boîtes à idées… autant de fonctionnalités mises au service de collectifs ou de collectivités locales pour impliquer les citoyens dans la vie politique locale. 

 

Change.org est une « Public Benefit Corporation », l’équivalent d’une entreprise à mission aux États-Unis. Créée en 2012 par l’américain Ben Rattray, il s’agit d’une plateforme permettant aux citoyens de lancer ou signer des pétitions. Labellisées par le CESE, les pétitions sont reconnues par les pouvoirs publics. 

 

Cap Collectif a développé de nombreux outils pour les collectivités, les institutions et les entreprises. Parmi eux, Purpoz, une plateforme reposant sur « le concept de démocratie ouverte ». L’objectif ? Réinstaurer le dialogue grâce à la démocratie participative en permettant aux citoyens de participer à des débats, des consultations en ligne ou encore en soumettant des idées et des projets.

 

Lisa Domergue 

x