5 films & séries qu’il ne fallait pas manquer en novembre en streaming

Chaque mois, la rédaction de Geeko sélectionne pour vous les films & séries qu’il ne fallait pas manquer sur les principales plates-formes de streaming. Retour sur les 5 incontournables du mois de novembre. 

The Crown Saison 5 (Netflix)

La cinquième saison de The Crown retrace les années les plus difficiles de la couronne britannique, de 1991 à 1997. La star de cette saison, c’est bien sûr Lady Di, Diana, incarnée devant la caméra par l’actrice Elizabeth Debicki, qui brille d’ailleurs dans l’interprétation du personnage. Et c’est sans l’ombre d’un doute le plus gros faire-valoir de cette saison, qui est déjà considérée par les fans comme la moins bonne des cinq… Tout d’abord, parce que la série a tendance à se perdre dans trois lignes narratives distinctes, qui ont souvent du mal à se rejoindre. Ensuite, parce qu’un certain parti pris est mis en avant dans la narration. On le savait, l’affaire Lady Di serait l’un des passages les plus compliqués à adapter dans la série. Les scénaristes de la série se sont livrés à un exercice complexe et ont laissé une partie de l’objectivité au placard. Pour autant, cette cinquième saison du show de Netflix n’en reste pas moins captivante à suivre et affiche surtout un très joli casting.

Wednesday Saison 1 (Netflix)

Série dérivée de La Famille Addams, “Wednesday” suit les pérégrinations de la jeune Mercredi, fille ainée de la famille, qui est envoyée dans un lycée spécialisé après avoir tué deux de ses camarades dans son précédent lycée. Classée dans la catégorie des élèves turbulents, Mercredi se retrouve avec des camarades de classe un peu particuliers puisqu’à la Nevermore Academy, les humains ne sont pas acceptés.

Netflix frappe fort avec ce show teenager qui a été grandement chapeauté par… Tim Burton en personne. On notera au passage que les quatre premiers épisodes de la série ont été réalisés par le réalisateur de l’Etrange Noël de Monsieur Jack. Un gage de qualité? Assurément. Même si… On ne pourra s’empêcher de penser que sans la famille au grand complet, la série a tout de même du mal à vraiment décoller. Et c’est sans doute le principal reproche que l’on fera à cette série très agréable à suivre, mais qui a tendance à recopier les stéréotypes de la plupart des séries teenagers produites par Netflix.

The Patient (Disney+)

Parmi les nouveautés à découvrir sur Disney+ ce mois-ci figure The Patient, une série Hulu qui a rencontré un certain succès aux Etats-Unis il y a quelques mois. Critiquée à sa sortie pour son format – il s’agit à peu de choses près d’un film découpé en des épisodes de 20 minutes très courts et très inégaux -, The Patient n’en reste pas moins une mini-série qui attire le regard. Tout d’abord, de par son casting exceptionnel. Steve Carell endosse ici le rôle d’un thérapeute kidnappé par un tueur en série qui va lui demander de l’aider à arrêter ses tendances meurtrières.

Délicieusement claustrophobe et reposant presqu’intégralement sur un dialogue entre le tueur et son thérapeute, ce thriller hors du commun parvient à se démarquer des autres productions du moment par son rythme très posé et son style rétro. On n’évite malheureusement pas les redondances et surtout un final qui en laissera certains sur leurs faims. Ceci étant dit, le divertissement mérite le détour.

Stutz (Netflix)

Premier film réalisé par l’acteur américain Jonah Hill, Stutz est un formidable documentaire qui nous dépeint un portrait captivant de Phil Stutz, le thérapeute de Jonah Hill, qui a développé une méthode unique d’accompagnement des passions. La “méthode Stutz” se démarque des autres méthodes d’accompagnement des patients par le rôle actif qui est pris par le thérapeute. Sur base d’exercices de visualisation, celui-ci aide son patient à affronter ses peurs et surtout à avancer. Pas question de “traiter” un passé. La méthode Stutz se base sur l’acceptation de sa condition et sur la mise en place d’outils qui permettent d’améliorer son existence au quotidien. Passionnant de bout en bout, le documentaire de Jonah Hill brille aussi par son humanité à travers un dialogue ininterrompu et très personnel entre le patient et son thérapeute.

What we do in the Shadows Saison 3 (Disney+)

Adaptation d’un petit film néozélandais brillant sorti il y a une dizaine d’années sur grand écran, What we do in the shadows est parvenu à se forger une solide réputation au fil des années. La série télévisée reproduit brillamment la formule de mockumentary du long-métrage. Elle suit les pérégrinations de trois vampires qui habitent un petit appartement dans le cœur de New-York et sont suivis durant plusieurs semaines par une équipe de télévision. Avec son humour décalé, son casting très séduisant et ses séquences absolument hilarantes, la série est incontestablement l’un des programmes les plus rafraichissants de ces dernières années. Rappelons-le, aux commandes du film, on retrouvait tout de même le très grand Taika Waititi, le réalisateur de Jojo Rabbit et Thor: Ragnarok. Si la série n’atteint pas son niveau d’excellence, elle n’en reste pas moins extrêmement divertissante.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l’actu, des tests et bons plans.