2012 (France 3) : Pourquoi la NASA est-elle intervenue à la sortie du film ?

Souvenez-vous du 21 décembre 2012 : une date en apparence anodine qui a pourtant hanté de nombreuses personnes à travers le monde et nourri sans cesse les médias d’actualité. Malgré toutes les explications scientifiques, une autre fin du monde prophétique a été annoncée selon le calendrier maya. Holy Bread pour Hollywood, qui s’est emparé du phénomène en 2009 avec la sortie du film 2012diffusé ce jeudi 26 janvier 2023 à 21h10 sur France 3. Aux manettes se trouve Roland Emmerich, spécialiste des blockbusters catastrophe.

2012 : la fin du monde prophétique

Après la destruction de la Maison Blanche en le jour de l’indépendancel’humanité plonge dans une nouvelle ère glaciaire Le lendemainRoland Emmerich aborde la question de l’extinction humaine dans 2012. Un film qui accomplit les prophéties eschatologiques du 21 décembre 2012, marquant la fin du cycle de 5 125 ans du Compte Long Maya. Une prophétie qui doit alors conduire à l’anéantissement total de notre planète… Jackson Curtis, incarné par John Cusack, tente avec sa famille de défier les lois de la physique et de fuir les nombreuses catastrophes qui sévissent sur la côte ouest des États-Unis. . -Uni. Fort de son impact marketing, le long métrage est un succès commercial au box-office, avec 770 millions de dollars levés sur un budget initial de 200 millions de dollars.

La suite sous cette annonce

2012 : la NASA sort de ses gonds

Le 21 décembre 2012 devait signifier la fin définitive de notre existence pour beaucoup. Devant l’ampleur de l’événement, la Nasa a souhaité rassurer la foule en mettant en place un système de questions-réponses sur son site internet. Dans le même temps, l’agence spatiale américaine n’a pas hésité à monter Hollywood et sa production. Le savant Donald Yeomans a spécifiquement appelé la fiction “absurde qui dessiné l’inquiétude du public face à la prétendue fin du monde prédite par les Mayas, dont le calendrier se termine le 21 décembre 2012 », avec tous les jours Les temps. « L’agence avait tellement de questions de personnes qui avaient peur de la fin du monde en 2012 que nous avons dû créer un site internet spécial pour y répondre. C’est la première fois que nous devons faire cela.a », a-t-il poursuivi dans ses commentaires envoyés par Libération. Une histoire folle avec une belle fin, du moins dans la vraie vie, car tout le monde a survécu à cette date fatidique.