14 films soutenus par la Région en compétition

Premier financeur public du cinéma après le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et France Télévisions, la Région Île-de-France sera, comme chaque année, bien représentée lors de la remise des César 2023.

César 2023 : 12 fictions, 1 documentaire et 1 film d’animation aidés

14 films ayant été soutenus par la Région seront en compétition lors de la cérémonie prévue ce 24 février 2023 à l’Olympia, à Paris (9e), et retransmise sur Canal+ : 

  • 12 fictions,
  • 1 documentaire,
  • 1 film d’animation.

Tous réunis, ils totalisent : 25 nominations pour les César 2023.

Ces films sont bénéficiaires, pour la plupart, du Fonds de soutien Cinéma pour productions françaises ou internationales (c’est-à-dire de subventions régionales remboursables dès lors que l’exploitation commerciale s’avère rentable). Pour d’autres, de l’Aide après réalisation. Un soutien régional multiforme, mais dans tous les cas assorti d’une obligation de temps de tournage ou de post-production en Île-de-France et de faire travailler des techniciens franciliens.

César 2023 : les 14 films soutenus par la Région et leurs 25 nominations

Voici le détail (par nombre décroissant de nominations et par ordre alphabétique) :

► Longs métrages

Fonds de soutien Cinéma : 318.000 euros (à Ad Vitam Production).

► Plus d’infos.

 

Grand Prix et Prix du premier film à la Mostra de Venise.

Fonds de soutien : 257.000 euros (à Srab Films).

► Plus d’infos.

 

Fonds de soutien : 405.000 euros (à Marvelous Productions).

► Plus d’infos.

 

Fonds de soutien : 362.000 euros (à Getaway Films).

► Plus d’infos.

 

Fonds de soutien : 240.000 euros (à Moby Dick Films).

► Plus d’infos.

 

  • 1 nomination pour Les 5 Diables, de Léa Mysius (fiction) :

    Meilleurs effets visuels

Fonds de soutien : 125.000 euros (à Cinéma Defacto).

► Plus d’infos.

 

  • 1 nomination pour La Conspiration du Caire, de Tarik Saleh (fiction) :

    Meilleur film étranger

Fonds de soutien international : 200.000 euros (à Memento Films).

► Plus d’infos.

 

​Fonds de soutien : 256.000 euros (à Nord-Ouest Productions).

► Plus d’infos.

 

  • 1 nomination pour Le Lycéen, de Christophe Honoré (fiction) :

    Meilleur premier film

Fonds de soutien : 320.000 euros (aux Films Pelléas).

► Plus d’infos.

 

  • 1 nomination pour Notre-Dame brûle, de Bruno Dumont (fiction) :

    Meilleure actrice (Léa Seydoux)

Fonds de soutien : 480.000 euros (à Pathé Films).

► Plus d’infos.

 

  • 1 nomination pour Revoir Paris, d’Alice Winocour (fiction) :

    Meilleure actrice (Virginie Efira)

Fonds de soutien : 370.000 euros (à Dharamsala).

► Plus d’infos.

 

  • 1 nomination pour Une jeune fille qui va bien, de Sandrine Kiberlain (fiction) :

    Meilleur espoir féminin

Fonds de soutien : 265.000 euros (à Curiosa).

► Plus d’infos.

 

► Courts métrages

  • 1 nomination pour Churchill Polar Bear Town, d’Annabelle Amoros (documentaire) :

    Meilleur court métrage documentaire

Aide après réalisation : 15.000 euros (à Paraiso Production).

 

  • 1 nomination pour Le Roi David, de Lila Pinell (fiction) :

    Meilleur court métrage de fiction

    ​​​​

Aide après réalisation : 18.000 euros (à Ecce Films).

 

► Plus d’infos sur le site des César : www.academie-cinema.org

 

La Région consacre 25 millions d’euros par an au cinéma-audiovisuel

La Région a augmenté, en 2021, son soutien au cinéma et à l’audiovisuel pour y préserver la diversité de création et l’emploi : le budget qui y est consacré est passé de 22 millions d’euros en 2020 à 25 millions d’euros.

Ce soutien concerne massivement la production, mais il va aussi de l’écriture à l’exploitation en passant par l’éducation à l’image.

Ainsi, en 2021 :

  • 39 scénaristes ont été aidés dans leur projet d’écriture (pour 500.000 euros au total),
  • 56 films de cinéma et 47 créations pour la télévision (séries, téléfilms unitaires, documentaires, animation) ont été aidés au stade de la production (17,5 millions d’euros),
  • 39 courts et longs métrages ont été aidés au stade de la finalisation/post-production (1 million d’euros),
  • 50 événements et réseaux cinématographiques franciliens ont été accompagnés,
  • 50.000 lycéens et apprentis franciliens ont suivi une éducation à l’image (voir pour Paris et pour le reste de l’Île-de-France).